Diètes et régimes et formules magiques

By Philippe Bellefeuille | Alimentation

Apr 25

Diètes vs. Régimes

Quelle est la différence entre le terme “diète” et le terme “régime”?

Lorsqu’on cherche de l’information sur les diètes et régimes, souvent les deux sont interchangeables, surtout lorsqu’on se met à chercher l’information en plusieurs langues.

Pour la simplicité de ce billet, nous allons utiliser le terme “diète” et “régime” en considérant que les deux termes sont très semblables.

Diètes et Régimes

Selon ce que l’on comprend des deux définitions, les diètes sont lorsqu’il y a restriction d’aliment, comme dans la diète “Low Carbs” tandis qu’un régime tombe dans une catégorie qui touche plus les habitudes alimentaires, comme dans le régime méditerranéen. On comprend que les deux termes, dans le langage de tous les jours, sont interchangeables.

Qui fait des diètes?

À la base, les gens qui débutent une diète ou un régime le font pour changer une condition. Il y a plusieurs raisons qui portent une personne à changer son alimentation en débutant une diète:

  • Maladie ou dysfonction métabolique
  • Allergies alimentaires
  • Intolérance et sensibilité à certains aliments
  • Désir de perdre du poids
  • Être à la mode

Les gens atteints d’une maladie ou d’une dysfonction métabolique

Premièrement, réglons le cas des diètes chez les gens atteints d’une maladie ou d’une dysfonction métabolique. Chez ces personnes, l’abstention totale d’un aliment ou d’un groupe d’aliments est prescrit car c’est cet aliment ou groupe d’aliments qui sont l’élément déclencheur des symptômes de la maladie ou de la dysfonction.

Le cas le plus connu et le plus populaire est certainement celui de la maladie coeliaque, dû au fait que ceux qui en sont atteints doivent avoir un régime sans gluten. Les gens atteints de la maladie coeliaque ne peuvent tout simplement pas manger de gluten.

La maladie cœliaque est une affection permanente et systémique qui fait partie des maladies auto-immunes complexes, polygéniques et multifactorielles.  Elle est déclenchée par l’ingestion de gluten contenu dans plusieurs céréales telles que le seigle, l’avoine contaminée par le gluten, le blé, l’orge et le triticale, entraînant une destruction d’origine inflammatoire, à divers degrés, du petit intestin. L’absorption de nombreux nutriments comme le fer, le calcium et l’acide folique, est alors compromise.”¹

D’autres exemples de personne qui doivent suivre une diète prescrite sont ceux et celles qui souffrent de:

  • Diabète
  • De maladies hépatiques
  • De cholestérol élevé

Plusieurs autres maladies ou dysfonctions demandent un changement dans les habitudes alimentaires. Nous n’avons nommées que les cas les plus connus.

Les gens intolérant, sensible ou allergique à certains aliments

Débutons par faire la différence entre une allergie et une intolérance.

La grande différence est qu’une allergie déclenche le système immunitaire tandis qu’une intolérance ou une sensibilité ne le fait pas.

Par exemple, l’intolérance au lactose ne déclenche pas de réponse immunitaire, tandis qu’une allergie aux arachides, oui.

L’intolérance est souvent caractérisée par des gaz intestinaux, maux de ventre, diarrhée, constipation, toux ou migraine. Les symptômes apparaissent plus tardivement qu’une allergie. L’intolérance est causée par le manque d’enzymes spécifiques à la digestion d’un aliment².

Pour sa part, la sensibilité peut être considérée comme une intolérance avec des symptômes moins importants en intensité. Souvent, les deux termes sont interchangeables.

Nous comprenons donc que les personnes qui souffrent d’allergies ou d’intolérance doivent éviter de manger les aliments qui causent les symptômes.

Ceux et celles qui désirent perdre du poids

Dans un article précédent, on mentionnait qu’au Canada, l’industrie de la perte de poids équivaut à 7 milliards de dollars annuellement. C’est 200$ par année par personne au Canada…

Ceci prend la forme de suppléments, de protocole de “Detox”, de plan alimentaire et tout autre produit qui est supposé faire perdre du poids.

Tout ça pour dire que plusieurs personnes sont prêtes à payer de grosses sommes d’argent pour perdre du poids.

Et les diètes dans tout ça?

Voici une hypothèse sur ce qu’essaient en premier les gens qui veulent perdre du poids:

Étape 1: 

Il suffit d’écrire “pert” dans Google pour avoir en premier ce que l’on recherche! (Je crois également que beaucoup trop de personnes cliquent sur “J’ai de la chance” au lieu de cliquer sur “recherche Google”… Mais ça, ça reste à prouver!)

diète recherche google

Étape 2:

Se trouver une diète pas trop restrictive, qui ne demande pas d’aliments qu’on a jamais mangés, qui va nous permettre de manger son gâteau au chocolat après chaque repas surtout, la diète qui va fonctionner sans que je bouge plus.

Étape 3:

Diète trouvée!

FitDADdiet et WorkingMOMwithABS donnent de bons conseils sur la nutrition. On choisit la diète à la mode et on se lance. Le six-pack s’en vient!

Ensuite, il y a 2 options possibles:

  1. La diète fonctionne 🙂
  2. La diète ne fonctionne pas 🙁

Pourquoi la diète ne fonctionne pas

Commençons par la mauvaise nouvelle. La diète n’a pas fonctionné.

“C’est à cause de la diète”

Une des raisons qui font en sorte que les diètes ne fonctionnent pas et le fait de mettre la faute sur la diète.

Ce n’est pas la diète qui fait perdre du poids, c’est les actions qu’on prend pour y arriver qui font la différence. Faire une diète n’est qu’une action parmi tant d’autres qui auront une incidence sur la perte de poids.

Malheureusement, les gens avec cette attitude sont portés à sauter d’une diète à l’autre, car ils sont convaincus qu’ils ou elles vont trouver LA diète miracle un jour, ils sont à la recherche de la formule magique.

S’ils ne perdent pas de poids, ce n’est surtout pas de leur faute, c’est à cause de leur diète. À moins d’être atteints de dysfonctions hormonales graves, si la perte de poids ne fonctionne pas, il y a une personne à blâmer et c’est soi-même.

Pourquoi la diète fonctionne

La principale raison qu’une diète va «fonctionner» vient du fait que la personne qui a fait la diète a ingérée moins d’énergie qu’elle en a dépensée!

Pour une raison que j’ignore, nous avons tendance à simplifier les problèmes complexes et à complexifier les solutions simples et les diètes en sont un bon exemple.

La principale façon de perdre du poids et de dépenser plus d’énergie qu’on en ingère ou d’ingérer moins d’énergie qu’on en a dépensée (ça dépend si on voit le verre à moitié plein ou à moitié vide).

comment fonctionne les diètes

Par contre, c’est beaucoup plus facile à dire qu’à faire. Pourquoi?

Parce que même le fait de faire notre propre épicerie ne nous assure pas de bien manger.

La majorité des choses vendues en épicerie sont du surplus pour se gâter. Et Dieu sait que certaines personnes se gâtent trop souvent.

Les diètes amènent donc un cadre, une structure, un ordre. Sans ce cadre, c’est la party, on se permet de manger n’importe quoi, n’importe quand, sans retenue.

Plusieurs personnes ont besoin de ce cadre pour dire “non” en face de la boîte de biscuits ou de la crème glacée. Je ne dis pas qu’il faut absolument jamais manger de biscuit ou de crème glacé. Le proverbe russe “donne un doigt au diable et il voudra toute la main” s’applique tout à fait ici.

C’est correct de manger de la crème glacé, mais si tu ne peux pas t’arrêter et qu’une des façons de contrôler cette envie est de suivre une diète, et qu’en plus, ça fonctionne, parfait!

Cependant, la principale raison du succès des diètes n’est pas causée par des changements chimiques ou métabolique induit par le changement d’alimentation, bien que ce soit la façon la plus intéressante à vendre l’idée d’une diète.

C’est simplement causé par le fait qu’avant la diète, TOUT était permi. Avec la diète, on mange moins de chose (en nombre) ce qui fait en sorte qu’on mange moins de chose (en quantité).

Retour sur la pyramide

Ceci étant dit, la restriction n’est pas toujours la solution. Parfois, pour être en mesure d’atteindre nos objectifs, le remplacement ou même l’ajout d’aliment est une stratégie intéressante.

Prenons l’exemple d’une personne qui ne mange pas beaucoup, mais qui mange des aliments de moins bonne qualité (le terme est large mais on parle du concept ici). Si cette personne remplace 200 calories d’un sac de chips par 200 calories de fromages, noix, fruits, l’effet de satiété va se faire sentir ce qui permet de retarder la sensation de faim.

Autre exemple, celui du jeûne intermittent. En mangeant seulement durant des périodes définies et planifiées dans la journée, on ne se fait pas tenter par des collations superflues à tout moment.

Même avec un déficit calorique, l’effet de satiété est présent lorsqu’on trouve une stratégie qui convient avec nos habitudes de vie. Encore une fois, en prenant le contexte de la pyramide, ces stratégies permettent, d’une façon globale, de diminuer ses calories.

Toutes diètes ou régimes qui fonctionnent (pour la perte de poids), fonctionne à cause qu’il y a un déficit calorique.

Ce qui fonctionne pour un ne fonctionne pas nécessairement pour l’autre car tous et chacun ont des modes de vie différents causés par l’horaire, la situation familiale, le travail, le niveau d’activité physique, les contraintes alimentaires, etc.

Alors ce n’est pas parce que Monique a perdu 20 lbs avec sa diète qu’elle va fonctionner pour Ginette. Et ce n’est pas parce que Roger à pris 15 lbs de muscles que Gustave va avoir les mêmes résultats.

Il faut choisir ce qui nous convient, avoir une stratégie qui prend en considération nos habitudes de vie.

La magie n’est pas dans la formule. La magie est dans les habitudes, la planification et la discipline.

Tu veux te remettre en forme? Tu veux perdre du poids? Tu veux améliorer tes qualités athlétiques?
Notre Camp Athlétique va t’intéresser!Camp Athlétique

Références

  1. Fondation québecoise de la maladie coeliaque, «Maladie coeliaque», ‹https://www.fqmc.org/maladies/maladie-coeliaque
  2. Medical News Today, «What is a food intolérance», ‹https://www.medicalnewstoday.com/articles/263965.php

About the Author

Phil est préparateur physique, kinésiologue et consultant auprès d'athlètes. Il détient un baccalauréat en kinésiologie ainsi qu'une maîtrise en physiologie de l'exercice. Il est le co-fondateur d'Athletic Science.