Évaluer et monitorer pour progresser

By Philippe Bellefeuille | Évaluation

Août 24
évaluer

Les séances d’évaluations sont populaires chez les préparateurs physiques. Premièrement, évaluer nos athlètes après une saison nous donne une bonne idée de la progression ou la régression qui a pu se passer durant la saison. Ceci nous donne une bonne idée sur les éléments à travailler pendant les prochaines semaines. Deuxièmement, chez la majorité des athlètes, ce type de séance est vu comme un défi. “L’orgueil athlétique” entre souvent en jeu et en tant que préparateur physique, on aime ça avoir cette variable chez nos athlètes. Troisièmement, ne nous mettons pas la tête dans le sable, plusieurs font se type de séance pour avoir l’air organisé. Mon coach m’évalue, il sait ce qu’il fait!

Bref, toutes ces séances d’évaluations ne sont que le début de l’évaluation.

Évaluer, prescrire,”monitoring”, réévaluer, ajuster.

Chez un préparateur physique, l’évaluation et surtout le monitoring doit être constant. Il est bien de faire des séances d’évaluations pour les raisons mentionnées plus haut, mais c’est largement incomplet si l’on ne se fie uniquement qu’à ce type de séances.

L’évaluation comme tel est l’action de collecter l’information un peu comme une forme d’examen. C’est le type de séance d’évaluation dont il est mentionné en début de texte. L’évaluation permet d’ajuster le tir et doit prendre en compte l’autre élément très important: le monitoring.

Si l’évaluation est comparée à un examen, le monitoring s’apparente aux devoirs. Le monitoring doit être systématique. C’est l’action de noter ce que l’on observe de jour en jour.

L’évaluation sans monitoring nous donne le point A et le point B, sans savoir par où nous somme passés. Or, on le répète assez souvent, chez le développement d’un athlète à long terme, le processus est beaucoup plus important que les résultats d’évaluation qui sont les données très précises à un jour donné. Sans le monitoring, nous n’avons pas l’aspect global, le comment du pourquoi.

Évaluation et monitoring

Si on récapitule, la prise de notes (monitoring) permet de comprendre les résultats de l’évaluation. L’évaluation seule n’est qu’une photo de ce qui se passe ce jour-là. Le monitoring est l’histoire derrière la photo.

Bref, athlètes et entraîneurs: MONITOREZ!

Évaluation et monitoring: qualitatif et quantitatif

Il y a deux façons d’évaluer et de monitorer nos athlètes, soit de façon qualitative et quantitative. L’une n’est pas indépendante de l’autre.

Par exemple, si j’évalue un athlète au Back Squat, je ne vais pas seulement regarder combien il y a sur la barre (quantitatif) mais aussi comment est sa technique (qualitatif). La technique va donc avoir une incidence sur la charge parce que la plupart du temps, une mauvaise technique peut potentiellement nous aider à soulever plus, mais est-ce vraiment ce que l’on veut de nos athlètes? J’en doute.

En revanche, certains types d’évaluation, comme le FMS, se servent d’un pointage (quantitatif) pour évaluer un mouvement (qualitatif). Bien que ce type d’évaluation mette des chiffres sur des éléments subjectifs, il est difficile de reproduire les mêmes résultats selon la personne qui évalue.

On pourrait bien essayer de mettre en graphiques est en chiffres n’importe quels sujets plus subjectifs, reste que l’expérience du préparateur physique à un énorme rôle à jouer dans l’évaluation qualitative.

Reprenons l’exemple du Back Squat. Avons-nous besoin d’un chiffre pour savoir si notre client a amélioré sa technique. On peut bien avoir une grille avec 36 points sur le positionnement de ses articulations, rien de mieux que l’oeil et un peu de recul pour bien évaluer notre client.

Alors comment pouvons-nous “monitorer” les éléments subjectifs?

Photos, vidéos. Avant, après.

Probablement que vous êtes plusieurs à lire le texte et à ce dire: “[insérer un sacre ici] que j’hais ça prendre des notes”

Par contre, prendre une photo ou un vidéo, c’est moins exigeant et ça nous donne beaucoup d’information sur la progression de notre athlète. En gardant un historique de la progression visuel de nos clients, on voit des changements et une progression concrète.

Pour la partie quantitative, la prise de notes est primordiale.

On ne peut pas la négliger. C’est le passeport de notre client. Ceci va nous aider à toujours programmer la progression pour chaque exercice.

Lorsqu’on élabore un nouveau programme, on ne veut pas perdre une séance à ajuster les charges. Il faut être en mesure de donner le plus précisément la charge de travail pour que la séance soit effective.

Heureusement, plus besoin de cahier ni crayon, ni même d’Excel! Il y a plusieurs logiciels sur le marché qui nous aident à programmer et faire le suivi avec nos clients. Dans notre cas, nous utilisons Trayn.

Quand réévaluer?

Nous avons souvent tendance de réévaluer en effectuant une séance d’évaluation copier sur la première séance s’évaluation en début d’entraînement. Encore une fois, pour les mêmes raisons citées en début de texte, ça peut être une option, mais selon moi, ce n’est pas la meilleure.

Lorsque le monitoring est bien fait, il est facile de tester pendant une séance un ou plusieurs exercices.

Disons qu’on veut évaluer le 1RM au Bench Press d’un client. On peut facilement le faire pendant la journée où cet exercice a été prescrit pour poursuivre par le programme habituel.

De cette façon, on peut évaluer sur une base plus régulière, sans pour autant réserver une séance à l’évaluation complète.  On peut donc prescrire des exercices d’évaluation à l’intérieur du programme régulier.

Pour ce qui est du temps entre chaque évaluation, ça dépend vraiment de plusieurs facteurs. Si notre athlète est avec nous pendant 3 mois et part dans son équipe par la suite, l’option des évaluations intra-programme est la meilleure option.

Par contre, si notre athlète est avec nous à l’année longue, il est bien de ré-évaluer à la fin d’une phase d’entraînement. Tout est une question d’objectifs et de planification!

Pour conclure, il faut se rappeler qu’avec un client, on doit toujours chercher à évaluer et monitorer d’une façon ou d’une autre. Ceci inclue la simple correction de la technique ou la progression de la charge.

La collecte d’information nous aidera à mieux suivre notre client et c’est celui-ci qui en soutirera les plus grand avantages!

About the Author

Phil est préparateur physique, kinésiologue et consultant auprès d'athlètes. Il détient un baccalauréat en kinésiologie ainsi qu'une maîtrise en physiologie de l'exercice. Il est le co-fondateur d'Athletic Science.