Différences corporelles dans le sport

By Alex Gélinas | Entraînement général

May 11

La machine humaine est excessivement bien faite. Elle s’adapte à tout ce que nous lui envoyons de façon assez impressionnante. Chaque sport a ses propres exigences et demande des adaptations et des différences corporelle pour y permettre de performer de façon optimale. Pourtant, la croyance populaire est largement défini par l’esthétique du corps humain et non à sa capacité à performer dans son sport. L’expression juger le livre par sa couverture s’applique bien ici.

Vous n’avez qu’à demander autour de vous et les gens associent les athlètes qui sont ‘en forme’, athlétique et performant avec l’individu le plus esthétique, avec le gros 6-pack et beaucoup de masse musculaire et un faible pourcentage de gras. Pourtant, ce n’est pas utile pour tous les sports et avoir trop de masse musculaire peut même nuire à la performance dans plusieurs sports d’endurances ou exigeant une force relative importante.

Dans le monde athlétique, l’esthétique est plutôt une conséquences des adaptations requises afin de performer dans sa discipline. Mis à par le culturisme (bodybuilding), où l’esthétique est l’élément principal.

C’est un réflexe normal car, sans avoir l’œil aiguisé et sans connaitre les sports pratiqués par l’ athlète, il est difficile de juger des capacités physiques et un niveau athlétique par des différences corporelle.

Je vous laisse quelques images représentant différents athlètes dans différents sports pour vous imager mes propos.

different-body-types-olympic-athletes-howard-schatz-13

différences corporelle 1

Certains sports ont besoin davantage de vitesse, d’autres de force brute. Certains sont très technique, d’autres demandent énormément d’endurance. Certains tirent avantage à avoir plus de masse, d’autres ont besoin de force relative ou ont des catégories de poids bien défini. C’est extrêmement spécifique. L’entrainement sera différent et le corps s’adaptera de façon différente.  Il est important de bien définir vos objectifs avec de vos besoins sportifs personnel afin de maximiser votre progression.

e0681d_b478e97bf102455d9a68b010333ca6b1

On voit le joueur de ligne au football et notre première pensée est: ‘Oh, ce n’est pas un athlète, il a beaucoup trop gras!’ Pourtant, avec un poids corporel frôlant les 300 livres avec une moyenne de 6 pieds 4 pouces, un sprint de 40 verges sous les 5 secondes et un saut vertical entre 30-40 pouces… beaucoup plus explosif que la majorité du commun des mortels! Et si nous regardons le marathonien qui a tenté le Breaking2 (marathon sous la barre des 2 heures) Eliud Kipchoge: 5 pieds 5 pouces, 115 lbs et un pace de 2:51/km. Ou un haltérophile de poids plume de 123 lbs (56 kg) levant plus de 3x son poids du corps à l’épaulé-jetté (le record mondial est de 171kg soit 377 lbs). Tous impressionnant, tous des besoin et des adaptations différents. Tous des différences corporelle.

Il est totalement adéquat de s’entrainer avec des objectifs esthétiques si c’est ce que vous recherchez. C’est un objectif aussi pertinent que d’améliorer votre performance sportive. Ce n’est pas 100% exclusif d’un à l’autre également mais il y a tout de même des différences importantes entre l’entrainement d’un athlète de fitness ou bodybuilding et un joueur de hockey ou de football.

Le point que je veux amener est que les standards de beautés n’ont pas vraiment leur place. Encore moins pour définir le standards de qualité et de performance des athlètes. On juge rapidement des athlètes par des standards superficiels à grande échelle qu’on extrapole pour tous les sports.

On juge rapidement les gens en général par des standards superficiels.

On juge rapidement. Point.

Arrêtons ce comportement négatif et concentrons nous sur nos objectifs personnel, encourageons notre entourage à atteindre leurs objectifs, à affiner leurs compétences, à dépasser ce que la machine humaine est capable de faire peu importe la discipline sportive. Continuez de faire ce qui vous fais plaisir et mettez de l’énergie sur ce qui vous fait tripper, pas le regard des autres!

About the Author

Gradué en kinésiologie en 2012 de l'UQAM, Alex a également coaché la planche à neige pendant 10 ans dont 2 ans dans un sport études dans un contexte compétitif. Il a travaillé dans plusieurs gyms et dans le milieu de la réadaptation où il a acquit beaucoup de connaissances sur la mobilité, la prévention des blessures et le retour au sport chez les sportifs.